La gestion de trésorerie : Pilotez juste

La gestion de trésorerie est un élément clé du succès d’une entreprise.
Pourtant, encore aujourd’hui, trop de TPE/PME sont confrontées à des problèmes de trésorerie qui auraient parfois pu être évités.
En cause, généralement un suivi trop superficiel et des outils inadaptés.

La gestion de trésorerie n’est pas une mission annexe, dont on peut s’acquitter « quand on a un moment en fin de mois ».

 

Pourquoi gérer sa trésorerie ?

  • Anticiper les difficultés

L’absence de gestion de trésorerie peut avoir pour conséquence de fragiliser ou mettre en difficulté des entreprises, même rentables.

Cette gestion repose en grande partie sur l’anticipation. Si les problèmes potentiels peuvent être décelés suffisamment en avance, il devient plus aisé de déployer des mesures correctives pertinentes.

 

  • Économiser de l’argent et financer ses besoins

La gestion de trésorerie permet de surmonter des difficultés liées au cycle de financement de son activité et de réaliser des économies.
Le  système bancaire a fortement évolué et la mise en œuvre des accords de BALE III  sur le renforcement des capitaux propres des banques a entrainé une exigence forte concernant les offres de crédits aux entreprises.

Les banques ne sont plus prêtes à financer facilement  la trésorerie d’exploitation, encore moins de la perte.

De nombreuses entreprises vivent néanmoins une réalité bancaire, celle de faire face au décalage de trésorerie entre les créances clients et les dettes fournisseurs, justifiant ainsi des besoins en fonds de roulement.

Sans gestion de trésorerie, difficile pour une banque de proposer un instrument permettant de couvrir les besoins de l’entreprise (Dailly, Affacturage, prêt structurel, autorisation de découvert). Avec une bonne gestion, l’entreprise sera en capacité d’identifier ses besoins à court, moyen ou long terme et de solliciter la ressource nécessaire.

 

Pour le financement, il existe une règle simple : Le besoin de financement de long terme se finance avec du financement à long terme. Le besoin de financement de court terme se finance par de la trésorerie ou du financement de court terme.

 

Quels sont les erreurs et pièges à éviter ?

  • S’appuyer sur les soldes bancaires

Suivre les comptes bancaires de l’entreprise de manière régulière permet une certaine vision  de la trésorerie à court terme. Se contenter de ce suivi ne suffit pas.

La trésorerie (ou trésorerie nette) est le montant des ressources financières disponibles durablement, dont l’entreprise dispose pour agir pour le fonctionnement de son activité. Disposer de liquidités sur son compte en banque est important, disposer de ressources financières stables et disponibles pour engager des frais nécessaires à l’activité est essentiel.

Un solde bancaire important peut masquer un retard de règlement des dettes fournisseurs. A contrario, un solde bancaire insuffisant peut traduire un laisser-aller dans le suivi de l’encaissement clients.

Lorsqu’un Expert-comptable analyse le bilan, il calcule la trésorerie en faisant la différence entre deux éléments fondamentaux :  

  • le fonds de roulement correspondant aux ressources disponibles à long terme.
  • le besoin en fonds de roulement correspondant à la trésorerie nécessaire pour financer l’activité régulière de l’entreprise.

 

Maîtriser ces notions est fondamental pour diriger une entreprise, quelle que soit sa taille ou son ancienneté. Cela permet de piloter en anticipant les difficultés financières et en adaptant au mieux les actions correctives.

 

  • Négliger sa gestion de trésorerie quand tout va bien

Travailler de concert avec ses partenaires financiers, c’est pouvoir négocier en position de force lorsque tout va bien et réagir rapidement en cas de nécessité. Voir son banquier quand les problèmes surgissent n’est pas une bonne stratégie. En effet, c’est lorsqu’une entreprise est au pied du mur qu’elle est obligée d’accepter les solutions de financement les plus défavorables. Le chef d’entreprise doit se soucier de piloter son entreprise et anticiper les différents virages et risques. Cela nécessite de suivre les mouvements financiers grâce à des outils adaptés.

Une bonne connaissance de la situation permet de rassurer les partenaires potentiels et contribue à négocier de bonnes conditions.

 

Comment l’expert-comptable peut accompagner son client et devenir un acteur de sa gestion de trésorerie ?

L’Expert-comptable aide le dirigeant à identifier les outils et les solutions les plus adaptés tout au long de la vie de son entreprise.

 

  • A la création

Dans un prévisionnel d’activité, le créateur intègre un budget et un plan de trésorerie. Cette démarche est capitale. Elle assure que le modèle économique du projet est viable et potentiellement durable.

 

  • En rythme de croisière, comme moyen d’anticipation

L’Expert-comptable peut aider à la mise en place de différents outils : budget prévisionnel, plan de financement, tableau de trésorerie. Le dirigeant peut suivre les flux de trésorerie et être en alerte. La relation avec son banquier en est ainsi facilitée.

Pour autant, avant de recourir aux services de la banque, le dirigeant devra avoir identifié toutes les causes à ses difficultés de trésorerie et prendre toutes les mesures internes lui permettant de corriger ses prévisions :

  • Réduire le montant des factures clients non payées, relancer ses clients et réduire la durée du crédit accordé,
  • Agir sur le délai de règlement de ses fournisseurs,
  • Optimiser son niveau de stocks,
  • Assouplir la structure des coûts, réduire ses coûts fixes,
  • Maîtriser ses échéances sociales et fiscales (demandes d’échéanciers),
  • Réduire les sommes immobilisées et favoriser le financement de ses investissements plutôt que leur autofinancement

 

Si le dirigeant est capable d’avoir une vision claire des difficultés du moment, de sa trésorerie prévisionnelle, de ses objectifs de développement et de ses contraintes, en plus d’avoir apporté les correctifs nécessaires de gestion interne, alors il sera en capacité d’échanger avec ses partenaires pour que ces derniers l’accompagnent.

 

  • En phase de développement

Le budget prévisionnel et le tableau de financement sont des outils nécessaires à tout projet de développement.

Dans la grande majorité des cas, développer l’activité augmente le besoin de fonds de roulement. Suivre sa trésorerie revient à maîtriser les flux financiers entrants et sortants actuels et prévisionnels.

 

  • Pour faire face à des difficultés financières

Lorsqu’un chef d’entreprise doit faire face à des difficultés financières, les outils de gestion sont des éléments capitaux pour défendre le plan de restructuration auprès des employés et des partenaires (banques, fournisseurs, actionnaires, clients…).

 

Comme un pilote automobile doit se servir de l’acquisition de données pour ajuster ses réglages, travailler ses trajectoires et améliorer ses performances avec la contribution de son équipe, le chef d’entreprise doit faire le même travail en lien avec ses conseils et ses partenaires financiers.