Piloter par les chiffres, manager par l’humain

Les chiffres comptables d’une entreprise ont l’avantage d’être des données factuelles. Elles permettent de mesurer objectivement l’atteinte ou non des objectifs, d’anticiper les dérives, d’évaluer la rentabilité d’une stratégie, …. Ces données vont servir de point d’appui pour des décisions, des choix d’actions, des orientations.

La mise en œuvre de la stratégie, des décisions, du plan d’actions se fait par les hommes et les femmes de l’entreprise. Pour réussir, l’entreprise a besoin, et à tous les niveaux, de compétences, de communication en transverse, d’humilité, de courage, d’enthousiasme, d’entraide, d’autonomie …

Chaque homme et chaque femme regorge de talents, de créativité, d’empathie, en même temps que chacun est fait d’égo, de difficultés personnelles, de frustrations, de vulnérabilité.

 

Comment faire pour que chacun, avec ses contradictions, contribue au mieux à la stratégie de l’entreprise ?

Le rôle de l’organisation, de la gouvernance et du management est au cœur de cette problématique. Ni dans une démarche « bisounours » qui voudrait faire plaisir à tout le monde. Ni dans une démarche « autoritaire » qui considérerait qu’il suffit de demander pour que la personne fasse.

Plutôt dans une démarche qui, par la qualité de l’écoute, permet :

  • d’accueillir et de respecter chacun tel qu’il est
  • de responsabiliser chacun par rapport à ses engagements, ses responsabilités et sa nécessité d’évolution
  • de sortir des jeux psychologiques pour dialoguer sur les vrais enjeux pour l’entreprise et pour les personnes
  • de développer la qualité des relations professionnelles pour garantir la coopération

 

Cette compétence d’écoute est indispensable à la performance des organisations.

Elle est nécessaire à la Direction pour comprendre la réalité du terrain, l’intégrer dans sa réflexion sur la stratégie, lâcher prise sur la mise en œuvre et déléguer les responsabilités.

Elle est nécessaire au manager pour comprendre chaque personne de son équipe. Sa qualité d’écoute va fortement impacter les comportements au quotidien et la qualité de la production.

Elle est nécessaire au collaborateur pour comprendre les objectifs et les enjeux exprimés par le manager et la Direction. Elle est nécessaire entre collègues pour caler un mode de fonctionnement fluide. Elle est nécessaire dans les relations avec les clients et les fournisseurs pour créer de la valeur ensemble……

Elle permet de développer la confiance et la responsabilisation.

Elle a ce pouvoir magique de nous faire re-découvrir le vrai talent de chacun, là où le jugement avait pris toute la place. Ce talent va donc pouvoir être mis au service de l’entreprise.

 

Paradoxe : c’est sans doute la compétence de savoir-être la plus difficile à pratiquer

Première difficulté : écouter nécessite de prendre du temps dédié. Écouter, c’est se poser au calme et traiter de sujets qui ne sont pas directement opérationnels : ce qui se passe pour la personne, ses besoins, ses difficultés, ses craintes, ses envies…. Accepter de « perdre du temps » pour en gagner ensuite.

Écouter demande de mettre pendant quelques minutes son égo dans la poche. S’intéresser à son interlocuteur sans le juger. Continuer de le questionner, sans parler de soi, même lorsque ce qu’il dit nous interpelle et nous donne envie de réagir.

Enfin, écouter demande de reconnaître les émotions qui s’expriment dans les actions et interviennent dans les relations.

C’est une compétence qui s’apprend et sur laquelle chacun peut se former. Elle met en œuvre des processus et utilise des outils structurés qui nous servent de point d’appui dans nos formations Com-Hom (www.com-hom.com).